Une (très) belle chronique des Mites

Parmi l’avalanche d’articles enthousiastes qui a suivie la parution des Mites, un sort du lot : celui que David Fournol a publié sur le fameux blog « Une autre histoire ». Mais lisez plutôt : !
Merci David !

titre_3457251De tous temps à jamais, notre civilisation a connu des gens qui ont voué leur existence à faire en sorte que le monde dans lequel nous vivons soit le meilleur possible. Des gens qui par leur comportement, leur courage ou leur savoir, au nom de certaines valeurs humanistes, ont tout fait pour que notre société ne sombre pas dans le chaos. Certaines de ces personnes sont devenues très célèbres de part leurs actions et fleurissent les livres d’histoire. Héros de guerre qui libèrent un peuple, inventeurs de génie qui modifient notre quotidien, médecins qui sauvent des vies humaines. La liste des grands personnages qui ont marqué l’histoire avec un grand H est longue, mais il existe parfois des zones d’ombres dans ces inventaires regroupant ces hommes et femmes célèbres. Certains, pour des raisons inexplicables (ou à cause d’un grand complot mondial pour éviter qu’ils ne deviennent trop connus et reconnus), passent à travers les mailles du filet et deviennent des oubliés de l’histoire. Combien de gens qui ont, en leur temps, participé, contribué, modifié le cour de nos vies et qui sont de parfaits anonymes aujourd’hui ? Le nombre exact est assez difficile à trouver, et pour cause, puisqu’ils sont souvent victimes d’un grand complot mondial afin d’éviter qu’ils ne deviennent trop connus et reconnus, mais soyez-en sûrs, ils sont nombreux. Auguste Derrière est l’un des ces hommes qui faillirent tomber dans l’oubli, mais c’était sans compter sur la pugnacité d’un groupe de chercheurs et d’amoureux de la langue française qui découvrit il y a peu de temps les écrits de celui qui fut un des esprits les plus brillants du début de xxeme siècle. Avant d’aller plus loin, il est indispensable de remercier et de féliciter le travail acharné et sans relâche de cette poignée d’hommes et de femmes, mené pendant des mois et des mois, qui, tels les archéologues découvrant et faisant connaitre à la face du monde les vestiges de Toutankhamon, ont pu mettre à jour l’œuvre de celui qui rivalisa avec les plus éminents intellectuels de son temps.

Donc, grâce à une poignée d’irréductibles amateurs de bons mots, Auguste Derrière est passé de l’ombre à la lumière et depuis la ressortie de ses écrits (trois volumes déjà) aux éditions Le Castor astral, le nombre de gens de lettre se réclamant les héritiers de ce génie méconnu est assez effrayant et pour cause: Auguste, par son talent, aurait influencé tout ceux qui comptent dans le domaine des arts, littérature, cinématographe, théâtre et même de la bande dessinée. Amateurs de bons mots, donc, car la spécialité d’Auguste était le jeu de mot, le mot juste, celui qui touche sa cible et qui fait mouche. En véritable jongleur et magicien, saltimbanque de la tournure de phrase, Auguste Derrière devint rapidement l’incontournable homme du slogan qui faisait tourner la tête des ménagères et des directeurs d’agences de publicité. Une seule question est sur les lèvres de tous les lecteurs qui redécouvrent ses publications. Pourquoi et comment (je vous l’accorde cela fait deux questions), cet homme a-t-il pu être oublié de la sorte (pour ma part la piste du complot reste la plus plausible. Auguste Derrière gênait beaucoup de monde avec son talent) ?

Les auteurs qui travaillent sur la mémoire d’Auguste Derrière mènent leurs enquêtes depuis déjà quelques années et peut-être qu’un jour, ils seront en mesure de nous donner une réponse à ces questions, en attendant, il faut louer leur persévérance et leur professionnalisme car ils doivent tous les jours éplucher, vérifier et authentifier des centaines de documents, datant de dizaines années et parfois dans un état déplorable, pour pouvoir réaliser des livres comme celui d’aujourd’hui: Les mites n’aiment pas les légendes.

On ne compte plus le nombre de slogans ou de phrases de notre langage quotidien empruntés, ou devrions-nous dire volés, au grand homme (en faire ici une liste serait inutile et futile), il vaut mieux vous plonger dans la lecture des Moustiques n’aiment pas les applaudissements, Les fourmis n’aiment pas le Flamenco et le dernier sorti, Les mites n’aiment pas les légendes. Sachez seulement que sans Auguste, nous n’en serions certainement pas là où nous en sommes.

Recueil de textes et collecte d’images d’Auguste Derrière
Éditions le Castor astral 12.90 euros
9782859209605
Ados/Adultes

David Fournol

Retour chez Mister Cup !

MISTER CUP (alias Fabien Barral) a remis un coup de projecteur sur PoaPlume et Auguste Derrière dans son fabuleux blog « Graphic Exchange » !

C’est dans le cadre d’un rappel de ses visites de studios de 2012.

Merci Mister !

VitrauxMrCup

 

Last year, before visiting Asia, I knock at the door of 2 french creative agencies I follow and admire for a long time : Studio Poa Plume in Bordeaux, and the LEG agency in Paris.

If the Poa Plume are still in good mood working on their 3td Auguste Derrière book, I heard that the LEG office is closed, as Havas owns LEG and H, and mixed them in a futur bigger agency. I just think it is sad, and I am please to be freelance and depend only on my own decision…So, I want to repost the photos and articles I done visiting these 2 places, as they werre only on the old blog archivesNice to meet you Studio Poa Plume

Ôde au rang de Derrière

Pour prouver une fois de plus que vieux motard… nous sommes tombés (sans mal) sur un bel article vantant la littérature de cuvette et, plus particulièrement, celle d’Auguste.
Ce texte, provenant du blog « Papiers recyclés », daté du 20 avril 2011, est signé François Denivret : CLIC !

Oh attendez ! On ne dit dans l’oreillette qu’un autre blog ayant causé d’Auguste a échappé à notre vigilance. « Vous Tombez pile ! » a mis en ligne cet article daté du 18 mai 2012 : CLOC !

Bien qu’en différé, qu’ils en soient ici remerciés !