AUGUSTE CHEZ MÉLIÈS !

Une archive incroyable ! En fouillant la malle fabuleuse des archives d’Auguste Derrière, nous avons retrouvé cette extraordinaire photo qui laisse à penser que le petit Derrière aurait participé au chef d’oeuvre féérique de Georges Mélies « Le voyage dans la Lune », tourné en 1902 aux studios de Montreuil de la Star Film… pour finalement être remplacé par un autre figurant, plus âgé.
En jouant sur son tic de l’œil fermé à chaque prise de vue, c’est bien le petit Auguste qui a donné au grand Méliès l’idée de la fusée dans l’œil de la Lune…
En revanche, le mystère reste entier sur les circonstances qui ont pu pousser le jeune bordelais de 10 ans a « monter à Paris ». Un voyage familial ? Une fugue ? La fascination du cinématographe sans doute.

MeliesLune1902

RUPTURE AVEC COCTEAU

Retour dans la malle aux merveilles des archives de notre héros méconnu. Si on sait déjà que Jean Cocteau et Auguste Derrière se connaissaient bien, voici un autre document qui le prouve : cette étonnante photo n’est pas datée, mais on peut supposer qu’elle suit ou qu’elle précède de peu la première. L’Académicien sélectionne ici les réclames que son ami lui soumet et semble en éliminer la plupart. Auguste prends très mal la chose. Sans s’y attendre, le photographe présent est témoin de la scène de rupture entre ces deux hommes illustres qui ne se reverront jamais.

CocteauSelection

PÈRE DERRIÈRE EN MISSION POUR LE SEIGNEUR

Ce document photographique d’une irréfutable authenticité l’atteste : Auguste Derrière a fait partie dans les années 20 d’un groupe de missionnaires belges ! La plaque de verre que voici le montre, hilare, à la droite du Père Manganate (il est 3eme à partir de la gauche), prêt a partir pour le Congo belge afin d’y amener la bonne parole de l’Eglise. Si l’on en croit un carnet de notes quasi-illisible trouvé dans les archives familiales, notre héros a dû revenir d’Afrique par ses propres moyens pour cause d’éjection du groupe, exaspéré par ses mauvaises blagues à répétition et son esprit retors.

Missionnaire

DEVANT, L’AMI DE DERRIÈRE

Lors des années de vaches maigres, le meilleur ami d’Auguste Derrière n’a semble t’il pas été une personne, mais un chien. Devant était son nom et voici la seule photo que nous avons retrouvée de lui. On comprend aisément le lien qui a pu unir l’homme et l’animal. On les imagine bien, flânant le long des rues, Auguste marchant derrière Devant et Devant remuant du derrière. Une belle amitié en vérité.

Chien

IGOR ET AUGUSTE

Si besoin est, voici une autre preuve qu’Auguste Derrière a, durant sa longue carrière, fréquenté le gotha culturel parisien a de nombreuses reprises. La photo (de mauvaise qualité) que voici le montre en compagnie de son copain Jean Cocteau et (pour la première fois) du génial Igor Stravinsky.
On sait que Stravinsky et Cocteau ont collaboré ensemble sur « L’Histoire du soldat » ou« Oedipus Rex »… mais on ignorait qu’Auguste aussi était derrière ces oeuvres ! A quel niveau a-t’il participé ? Mystère !

Stravinsky

A GRANDE MAIN, BELLE BAFFE !

Lors de sa rencontre avec un géant dans un pub écossais, Auguste Derrière eu l’idée de faire un recueil sur les records de gens ordinaires et autres bizarreries… C’est en buvant de la Guinness qu’Auguste lança le nom du recueil « Guinness World Records ». Présent sur les lieux, Sir Hugh Eyre Campbell Beaver, ingénieur britannique à l’oreille attentive, prit à son compte ce concept et fila chez Norris et Ross McWhirter qui possédaient une agence de documentation à Londres. Le Livre Guinness des records est paru pour la première fois en 1955…

GeantGuiness